Quand tricot et écriture s’emmêlent

Voici un entretien avec  Harpa Jónsdóttir, l’auteur des Aventures de Theodóra » (épisodes 1 to 4):

Peux-tu nous parler un peu de toi?

 Je vais te faire une réponse de Miss: j’aime les bons livres, l’art, un style de vie sain et les voyages. Dans la réalité, je voyage moins que la plupart des gens que je connais et je ne fais pas d’exercice, même si j’arpente beaucoup la belle plage de sable noir en face de chez moi. En revanche, la littérature, les arts textiles, la photographie et la nature autour de moi me tiennent à cœur tout comme ma famille qui vient toujours en premier.

Tu es à la fois une tricoteuse et un écrivain. Comment les concilies-tu?

 L’écriture et le tricot se mélangent merveilleusement. L’écriture est dans la tête, si je puis m’exprimer ainsi, et c’est reposant de pouvant occuper ses mains tout en réfléchissant. Cela  dit, je mets aussi beaucoup de réflexion dans mes créations textiles, en particulier dans mes broderies. C’est une autre sorte de pensée, plus abstraite, en couleurs plutôt qu’en mots. Ecriture et création occupent aussi des moments différents dans la journée : j’écris principalement le matin tandis que je crée mes textiles l’après-midi et le soir.

Peux-tu nous parler de tes publications?

Jusque maintenant, j’ai publié deux livres :  Ferðin til Samiraka (Le voyage à Samiraka) a gagné le prix de la littérature jeunesse en Islande en 2002 et Húsið (La maison), un recueil de poèmes a été publié en 2008. Le voyage à Samiraka est l’histoire de Sigrún, une petite fille qui découvre ses origines et se retrouve à vivre des aventures excitantes. Húsið parle avant tout des gens autour de la maison, du quartier, du village. J’ai aussi écrit pas mal de texte de chansons, des articles dans des journaux islandais et étrangers aussi, du matériel pour l’éducation nationale en Islande, etc…

Un nouveau livre bientôt?

Oui, un roman qui sera publié chez Salka à l’automne prochain. J’y mets les touches finales. C’est une histoire à suspens, mais pas de meurtres ! J’ai aussi d’autres projets en cours mais à ce stade je ne peux encore rien révéler !

Et le tricot, quoi de neuf de ce côté-là ?

J’ai publié déjà plusieurs modèles, la plupart dans le magazine britannique Yarn Forward. La majorité sont tricotés avec de la laine islandaise, des robes surtout, et aussi des tricots feutrés et rebrodés. Je ne projette pas de publier d’autres patrons dans un futur proche : le nouveau livre occupe mon temps et a la priorité, mais on ne sait jamais!

Tu utilises beaucoup de broderie dans tes tricots…

Oui, d’abord je tricote : chapeaux, ceintures, sacs, chaussons, etc… Quelques fois je fais des teintures. Puis vient la partie feutrage, moulage, séchage. Et enfin je brode et cela me prend beaucoup de temps !

Quelles sont tes sources d’inspiration ?

La nature autour de moi m’inspire. La mer, les petites créatures, les petites plantes poussives, la lumière incroyable d’un matin d’hiver. Mes promenades sur la plage servent bien plus à m’inspirer qu’à me faire faire de l’exercice !

Tricot et écriture se rejoignent aussi dans les aventures de Theodóra, cette poupée en tricot que j’ai créée et dont tu écris les histoires.

Lorsque tu m’as présenté cette adorable poupée tricotée et m’as demandé si je voulais bien écrire sur elle et ses amis, j’ai tout de suite vu que Theodóra était une petite demoiselle espiègle avec un goût pour l’aventure. J’ai accepté sur le champ et je suis très contente de collaborer sur ce projet. Les histoires, tout comme la poupée elle-même, sont inspirées par le poème de Theodóra Thoroddsen, Tíu litlar ljúflingsmeyjar (Dix charmantes petites demoiselles). Inspirées aussi par la nature islandaise et toutes les adorables, indépendantes et aventureuses demoiselles que je connais autour de moi… Mais si vous voulez en savoir plus sur Theodóra et ses amis, toutes les réponses sont dans les Aventures de Theodóra …« 

Le blog de Harpa: harpaj.net
Sur Ravelry: HarpaJ