Tricoter avec les sorcières

La créatrice suédoise-canandienne Anna Dalvi aime les KALs, les « knitalongs » en anglais, où l’on peut tricoter un modèle dans le cadre d’un groupe, en s’entraidant et/ou en suivant les conseils de la créatrice du modèle. Cet été, Hélène Magnússon a suivi son dernier KAL, les Sorcières, une série de trois châles en dentelle avec pour thème les trois sorcières de la mythologie nordique, Urðr, Verðandi et Skuld.

D’où venez-vous et quand avez-vous commencé à tricoter?

J’ai grandi sur la côte ouest de la Suède, mais je suis installée en Amérique du Nord depuis plus de 20 ans. Je ne me souviens pas avoir appris à tricoter, mais c’est très probablement ma grand-mère ou ma mère, ou peut-être bien les deux, qui m’ont montré comment.

Lorsque j’étais adolescente, ma technique préférée était le jacquard à fils tirés, en particulier avec des motifs nordiques et des étoiles ou des flocons. Je ne tricotais quasiment pas lorsque j’avais une vingtaine d’années, mais j’ai repris mes aiguilles lorsque ma fille m’a demandé de lui apprendre. Elle a tricoté une écharpe magnifique aux couleurs de l’arc-en-ciel. Quant à moi, je n’ai pas lâché mes aiguilles depuis!

Pourquoi cet intérêt pour le tricot et quelles sont vos sources d’inspiration?

J’ai toujours aimé faire des expériences avec le tricot et essayé de découvrir de nouveau motifs ou techniques. Cest à la fois amusant et stimulant.

"à l’Université, j’ai découvert les Sagas islandaises, qui sont pleines d’aventures et autant d’inspiration pour moi"

L’inspiration vient de partout dans la nature, et comme j’ai grandi près de la mer, je suis particulièrement sensible à l’eau. J’ai aussi toujours aimé les contes, les histoires de fées et la mythologie. Lorsque j’étais plus jeune, je passais des heures dans la bibliothèque à chercher des similitudes entre les histoires de fées dans les différentes cultures. La mythologie, et ses histoires fabuleuses, est une extension logique des ces contes d’enfants. A l’Université, j’ai découvert les Sagas islandaises, qui sont pleines d’aventures et autant d’inspiration pour moi.

Pourquoi choisissez-vous de publier vos modèles sous la forme de KAL?

Le premier KAL que j’ai organisé (Mystic Waters – Eaux mystiques) était après avoir moi-même participé à un KAL, Mystery Stole 3 (Swan Lake) par Pink Lemon Twist. Je m’y suis beaucoup amusée, aussi j’ai décidé d’en organiser un moi-même. J’espérais réunir une vingtaine de personnes, mais j’étais complètement estomaquée lorsque plus de 1000 personnes se sont inscrites! J’apprécie particulièrement l’interaction immédiate avec tous les tricoteurs du groupe, et j’ADORE regarder les photos des châles en cours, mais aussi finis bien sûr. C’est une façon merveilleuses de faire connaissance avec des tricoteurs de par le monde et je ne peux pas imaginer abandonner cette façon de partager mes créations.

Comment peut-on participer à vos KAL?

Vous pouvez vous inscrire sur mon site internet:

http://www.knitandknag.com/kals/

Chaque KAL couvre une saison entière de dentelle. Les trois modèles du KAL des Sorcières, par exemple, ont été publiés tout au long de l’été, en juin, juillet et août. Les modèles du KAL de cet automne, qui a pour thème trois sites archéologiques, seront publiés respectivement en septembre, octobre et novembre. Lorsque vous vous inscrivez, vous recevez une invitation pour joindre un groupe yahoo. Chaque mois, vous recevez un tout nouveau modèle de châle en dentelle de tricot, créé spécialement selon le thème abordé. Les modèles sont partagés sous la forme de fichiers .pdf à télécharger au sein du groupe yahoo. Les modèles sont disponibles en anglais, français et allemands. Je donne des conseils dans toutes ces langues, mais aussi en suédois.

Vos modèles sont effectivement en trois langues. Ce n’est pas si commun. Quels sont à votre sens les pour et les contre?

J’ai commencé à proposer mes modèles en anglais, mais très vite un groupe de tricoteurs allemands s’y est intéressé et aurait aimé y avoir accès en allemand. Bea Weindl m’a offert de s’occuper de la traduction, ce qui est merveilleux. Le fait que je parle allemand moi-même est bien sûr important car lorsque des questions sont posées sur mes créations dans le groupe allemand, je peux y répondre. Plus tard, c’est Agnès Argan qui m’a aidée à traduire mes modèles en français et m’a fait rencontrer le groupe de tricoteurs français. Je ne me sentirais pas à l’aise si mes modèles étaient traduits dans des langues que je ne connais pas du tout, car alors je ne serais pas capable de donner autant de conseils. Mais en allemand et en français, ce n’est pas un problème. Je peux aussi répondre aux questions en suédois, norvégien ou danois, et j’adore le fait que les tricoteurs qui participent à mes KAL proviennent de cultures aussi variées.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le KAL des Sorcières?

"j’ai créé un châle pour chaque sorcière"

Urðr, Verðandi et Skuld sont trois soeurs qui vivent dans une région isolée de Aasgard, sous les racines de l’arbre Yggdrasil. Elles habitent dans une grotte sombre, et en face de la grotte se trouve le puits d’Urðr. Les racines de Yggdrasil rampent et s’enroulent autour du puits. Chaque jour, les soeurs puisent de l’eau dans le puits, elles la mélangent avec de l’argile magique et du sable grossier qu’elles ramassent autour du puits. Elles en font une pâte avec laquelle elles couvrent les racines pour les empêcher de pourrir et préserver ainsi la force vive de l’arbre.

Yggdrasil est l’arbre du monde – au centre des neufs mondes de la mythologie nordique. Chaque matin, après s’être occupées de l’arbre, les soeurs se mettent à filer. Mais ce n’est pas un fil ordinaire qu’elles filent; ce n’est pas seulement le fil de la vie de toutes les créatures humaines ou divines, c’est aussi le fil qui décide du destin de l’Univers. Ce sont les Sorcières qui mesurent le temps et contrôlent le passé, le présent et le futur. Le nom des Sorcières se rattachent à leurs tâches.

"les sorcières représentent la fatalité"

Urðr représente le passé, Verðandi le présent et Skuld ce qui arrivera. Ensemble, elles représentent la fatalité. La demeure des Sorcières, de même que le puits à l’ombre des racines d’Yggdrasil, est un lieu sacré. Sacré pour trois raisons: c’est là qu’Yggdrasil est protégé de sorte qu’aucune pourriture ne peut se disperser dans l’Univers. C’est là qu’Urðr, Verðandi et Skuld filent les fils de la vie et de la mort. Et c’est là enfin que les dieux nordiques se rendent tous les jours pour discuter et faire des projets qui repousseraient la destruction inéluctable du monde – Ragnarrök.

Et comment transposez-vous cela dans vos créations?

"le châle de Skuld montre ces entrelacs de vie"

J’ai créé un châle pour chaque sorcière. Urðr est un châle circulaire qui représente le puits dans lequel les Sorcières puisent l’eau pour Yggdrasil. C’est aussi le puits de la sagesse. Le centre du puits (et du châle) est sombre et profond, mais sur l’extérieur du cercle, des vaguelettes se forment. Sur le châle de Verðandi, on voit les feuilles d’Yggdrasil qui poussent. C’est parce que Verðandi est la sorcière qui représente le présent, et c’est dans le présent qu’il faut prendre soin d’Yggdrasil pour empêcher l’univers de se gâter. Si prendre soin d’Yggdrasil est une grande part de leurs responsabilités, filer les fils de la vie n’est pas moins important pour les Sorcières. De la même façon que nos vies sont entremêlées, le châle de Skuld montre ces entrelacs de vie.

Quelle est la suite des événements pour vous?

A la mi-septembre, je publierai une autre série de châles avec un thème viking/nordique. Cette fois, nous visiterons trois sites archéologiques: les pierres runiques de Jelling au Danemark – érigées par le Roi Haralf et son père Gorm pour commémorer la conversion des Danois au christiannisme vers l’an 1000. L’Anse aux Meadows, en Terre Neuve, où le légendaire Leif Eriksson* s’est installé, et rendue célèbre dans les Sagas du Vinland. Et puis les roches gravée à Tanumshede, en Suède, qui datent de l’âge de bronze et montrent de longs bateaux utilisés lors des explorations.

*Note de Hélène: Leifur s’est d’abord installé en Islande avant de continuer ses explorations au Vinland, c’est à dire le nord de l’Amérique, et il est ensuite revenu en Islande.

Notre avis sur le KAL des Sorcières:

Voici ce que nous en avons pensé, les pour mais aussi les contre:Sommes-nous obligées de dire que les châles sont magnifiques? Oui, bien sûr, comment autrement. Les trois châles sont tous aussi beaux qu’ils sont différents. Nous avons aimé la simplicité de Skuld, la forme inhabituelle de Verðandi et le châle circulaire Urðr est extraordinaire.

Les fils utilisés par Anna étaient tout aussi attrayants que les modèles eux-mêmes et appropriés pour chaque histoire. Elle s’est montré d’excellent conseil lorsqu’il fallait aider les participants dans le choix de leurs fils. Nous apprécions comment Anna semble chercher à promouvoir les petites filatures ou les teintures faits main.

Les instructions étaient bien écrites, faciles à comprendre et les chartes graphiques claires.

Anna réagissait très vite aux questions ou commentaires laissés dans le groupe, et ceux dans les trois langues. Parce que les châles ont été publiés durant l’été et les vacances, elle avait un accès limité à une connection internet. Mais elle a prévenu les participants à l’avance et a toujours pu garder un contact régulier. Elle a même publié un modèle un peu en avance et s’est débrouillée pour que les corrections soient faites immédiatelement lorsqu’une erreur a été trouvée dans la charte d’un modèle.

L’une des raisons pour lesquelles nous aimons tant les créations d’Anna sont les histoires fascinantes derrière chaque modèle. Nous aurions vraiment aimé qu’elles soient plus apparentes et plus détaillées: les explications en ligne nous ont laissé sur notre faim et le PDF avce les instructions ne les mentionnent même pas. C’est pour cela que nous avons posé tant de questions lors de l’entretien! Nous pensons que connaître l’histoire derrière le modèle rend ce dernier encore plus spécial.

Anna publie tous ses modèles dans plusieurs langues mais cette information est seulement en anglais sur son site. De même tout le processus d’inscription au groupe yahoo doit se faire en anglais, avant d’accéder, enfin, aux informations dans les autres langues.

Une dernière remarque: Anna semble être rapide à intégrer l’actualité dans ses créations, par exemple comme elle l’a fait lors de l’éruption de Eyjafjallajökull en Islande. Elle a ainsi créé un châle qui porte le nom du volcan et en est inspiré.